Créer sa société

Créer sa société : Quels frais à prévoir ?

Bien souvent, les entrepreneurs se demandent combien ça coûte pour créer sa société ? Le coût de création d’une entreprise sera différente  selon la forme juridique choisie, ainsi que la nature de l’activité. Les dépenses liées à la création comprennent des frais de constitution, obligatoires, ainsi que des frais liées à l’exploitation. La forme juridique (EIRL, EURL, SARL, SAS, SA,…) aura un impact sur les dépenses liées à la création.

 

1. L’Etude de marché

C’est un élément essentiel de la planification stratégique, qui favorise l’efficacité lors du lancement. Avant de créer sa société, il faudra faire des enquêtes qualitatives et quantitatives, sur le terrain ou en consultant des documents.  Selon le type d’étude menée, les coûts engendrés sont :

  • Gratuit en consultant les ressources des centres documentaires comme Eurostat ou l’Insee par exemple.
  • Payant en acquérant des bases de données, ciblant un segment de marché pour étudier les comportements des consommateurs dans ce marché. Le prix sera variable en fonction de la taille de la base de données, qui est généralement fourni sur demande de devis.
  • En contractant des agences (agences marketing) les coûts peuvent varier entre 3000€ et 8000€.

Pour des sociétés qui opèrent dans des marchés à forts potentiels, l’étude de marché leur permet de mieux préparer leurs stratégies de développement, afin de capter plus de parts de marché.

2. Les frais administratifs de constitution (immatriculation, annonces légales)

Les frais administratifs de constitution (immatriculation, annonces légales)

Ces dépenses sont obligatoires pour tout type de société. Elles varient en fonction de l’activité et du département dans lequel la société sera enregistrée. Elles comprennent :

  • Les frais de publication au journal d’annonces légales: Le journal d’annonces légal (JAL) est un périodique d’information habilité à publier les annonces légales des sociétés commerciales. Les frais généralement concernés varient entre 100€ HT et 300 € HT selon le journal sélectionné. A noter que la taille de l’annonce influence le coût de la publication. Plus il y a de lignes, plus elle sera coûteuse.
  • Immatriculation au Registre du commerce et des sociétés (y compris le dépôt d’actes pour les entreprises commerciales) : 41,50 € + 24.71 € de frais de dépôt de la déclaration des bénéficiaires effectifs (obligatoire depuis le 1er Août).
  • Immatriculation au Répertoire des métiers: Ils comprennent des Frais d’immatriculation à la Chambre des Métiers et de l’Artisanat (CMA) – 129 €, les Frais d’aide  à l’élaboration du dossier – 100 €, les frais d’accomplissement du stage de gestion à l’installation – environ 270 €. L’inscription au répertoire des métiers est obligatoire pour toute entreprise qui n’emploie pas plus de 10 salariés, et ayant une activité de production, de transformation ou de prestation de service.

Il est possible que des entreprises soient assujetties à la double immatriculation RCS/RM. Dans ce cas elles devront s’acquitter des frais d’immatriculation aux deux registres.

3. Les frais liés à la rédaction des statuts

La rédaction des statuts est obligatoire pour toutes formes juridiques de société. Ils peuvent être rédigés par les porteurs de projet ou par un expert. Cette tâche est très souvent confiée à un consultant, qui à travers son expérience, proposera un statut adapté aux choix personnels des dirigeants, avec la prise en compte des régimes sociaux et fiscaux. Ceci permet de limiter les risques organisationnels futurs. Les honoraires de consultation varient en fonction de la complexité du travail à accomplir.

4. La désignation d’un Commissaire aux Apports (CAA)

Le CAA intervient lorsqu’il y a apport en nature. Il est chargé d’apprécier, sous sa responsabilité, la valeur des biens apportés à la société. En cas de non désignation d’un Commissaire aux Apports, les associés assumeront solidairement la responsabilité des valeurs attribuées. Cependant, deux cas de figure imposent la désignation d’un CAA:

  • La valeur globale des apports en nature excède la moitié du capital social
  • Au moins un apport a une valeur supérieure à 30,000€

De plus, la  désignation du Commissaire aux Apports est obligatoire pour les SAS qui sont contrôlées par une ou plusieurs sociétés, ou alors qui contrôlent une ou plusieurs sociétés.

5. Le coût d’élaboration d’un business plan (plan d’affaires)

C’est un document indispensable pour la réussite d’un projet d’entreprise. Il est très souvent exigé par les financiers, lors de la recherche de financement. Son intérêt porte également sur le pilotage du projet, jusqu’à sa deuxième année d’activité.

Il est possible d’élaborer un business plan soi-même, ce qui engendrerait un moindre coût. Cependant, au vu du caractère stratégique de ce document, l’intervention d’un expert en finance serait certainement souhaitable. Ça pourrait être un avocat d’affaires, un Expert-Comptable, ou alors un consultant spécialisé dans la création d’entreprises. Dans tous les cas, les honoraires varient souvent entre 1000 € et 5 000 € pour cette opération, selon le secteur d’activité et de la complexité du dossier.

6. Les dépenses en communication

Ces frais ne peuvent être estimés avec certitude et dépendent des moyens de communication employés. Néanmoins, promouvoir son projet auprès de sa cible permet de garantir, dans une certaine mesure, des retombées financières dès le lancement.

7. Les coûts d’achats supportés

D’autres frais liés au fonctionnement de l’activité sont également à prévoir afin d’assurer un lancement efficace. Cela permet entre autres, de bien constituer l’actif de votre société (les ressources). Ainsi, le coût du projet de création doit prendre en compte :

  • L’achat du fonds de commerce (dans le cas d’une entreprise commercial)
  • L’achat de matériel nécessaire (pour les entreprises de production)
  • Le coût du matériel nécessaire au lancement opérationnel
  • Les frais liés à l’aménagement des locaux
  • Le stock de départ, pour les entreprises

En fonction de votre activité, d’autres coûts peuvent être supportés.

8. Constitution de la trésorerie

Avant de se lancer, il est important de prévoir les dépenses de fonctionnement, qui couvriront au moins la première année d’activité. Ceci concerne les charges fixes et les charges variables.

  • Les assurances
  • Le montant des factures fournisseurs et clients (non payées)
  • Les charges salariales et de cotisation sociale
  • Honoraires des tiers contractés (le cas échéant)
  • Les charges fixes annuelles et mensuelles (loyer, électricité, autres frais…)
  • Les charges fiscales
  • Frais d’entretien
  • Le paiement des notes de frais
  • Frais de transport

 

Il convient de noter que cette liste n’est pas exhaustive, et vous pourriez débourser plus ou moins d’argent sur des éléments autres, en rapport à votre activité.

Prévoir les dépenses liées à la création d’une société implique la prise en compte des dépenses avant la création, mais aussi et surtout après. Une fois lancé, il est nécessaire d’avoir les fonds suffisants afin de poursuivre sa stratégie et de maintenir l’entreprise en activité. Les charges opérationnelles doivent donc être prioritaires dans votre prévisionnel de dépenses.

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *